L''église de Saint-Martin-des-Prés
  • L''église de Saint-Martin-des-Prés 0
  • L''église de Saint-Martin-des-Prés eglise2
  • Suivant
  • Precedent
  • Vignette 0
  • Vignette eglise2

L'église de Saint-Martin-des-Prés

Une paroisse ! Une église !

Un acte promulgué en 1245 par l’évêque de Quimper dont elle dépendait, constitue la première
trace écrite relative à la paroisse de Saint Martin des Prés
Les moines Cisterciens de l’abbaye de Bon Repos avaient des rapports étroits et intéressés aveccette paroisse. C’est en 1225 que ces moines reçurent des Seigneurs de Rohan les terres deQuenestevoy (de nos jours lieu dit la Porte aux Moines). Ils y instituèrent deux grandes foires.
Au sommet de la colline toute proche (alt :320m) ils construisirent également une chapelle
dédiée à St Michel, celle ci fut démolie après la révolution.
L’église primitive construite entre 1638 et 1665, par les seigneurs fondateurs : Rohan-
Guéméné, l’abbé de Bon Repus, le seigneur de Cléhunault, le seigneur de Kervers et le
seigneur de Bocozel. était dédiée à St Germain Cette église au début des années 1700
considérée trop exiguë, ruineuse et même indécente, il fut donc décidé de la reconstruire en lieu et place de cette église que nous connaissons aujourd’hui.

La reconstruction de l’église engendre un procès entre le conseil de fabrique et l’abbaye de Bon-Repos qui refuse de participer à l’effort commun bien que principal décimateur. Un document de 1731 indique la répartition des contributions des paroissiens en fonction de leurs moyens. Elles sont très lourdes puisqu’elles représentent un montant équivalent au prix d’une vache par famille.
La construction dirigée par Yves Poulain architecte à Guingamp a débutée en 1738
et a été achevée en 1741, elle fut bénie le 20 juin 1742. Elle sera dédiée à Saint
Martin de Tour.

La tour carrée en granite couronnée de balustres et surmontée de la chambre des
trois cloches elle même soutenant la flèche du clocher qui culmine à 24m de
hauteur sera achevée en 1757.
Les paroissiens étaient fiers de leur église qu’ils disaient « la plus belle du canton »
selon les écrits de l’abbé Poret dans les « statistiques paroissiales » en 1840
Cette église imposante possède un riche mobilier et particulièrement le retable
monumental daté de 1665, classé à l’IMH est attribué à Yves Corlay, il provient de
l’ancienne chapelle des Pères Carmes de Quintin. L’intérieur fut restauré en 1868
et la nef décorée par les peintures des 12 apôtres réalisées par Raphaël Donguy.

Nous y trouvons également de nombreuses statues (15è au18è) et objets inscrits ou
classés tel : la chair (1786), le coffre fort de la Fabrique entièrement chargé de fer
avec armoire à 3 clés (1787), le catafalque (1850) et une collection de vêtements
liturgiques des 18è et 19è.

En 1936 sa toiture sera remaniée avec création de lucarnes pour y apporter un peu d’éclairage à l’intérieur, d’ou aujourd’hui son aspect extérieur.